Le sarcella di Pasqua (Puglia)

Publié le par aigue-marine.over-blog.com

 

 

  S1034293.JPG



J'ai feuilleté les pages du web à la recherche de recettes peu banales de Pâques... Et j'ai découvert également les traditions
italiennes ! Un pays riche en douceurs...
J'ai donc choisi le Scarcella pour son originalité... Un oeuf cru, fixé dans une croix de pâte ! Les Pouilles qu se trouvent dans le talon de la botte !


 

Scarcella di Pasqua une tradition de Pâques des Pouilles (Puglia)

La tresse est le symbole de l’éternité et l’œuf fermé à l’intérieur est le symbole de la résurrection, la croix qui est utilisé pour la fixation de l’œuf, le symbole de la crucifixion.

S1034292.JPG

 

 

Les ingrédients sont peu nombreux, mais ils doivent être excellents.
 

500 g de farine
150 g de sucre
100 g huile d'olives extra vierge
150 ml de lait tiède
2 oeufs
20 g levure en poudre
zeste de citron
Sucre glace et décoration en sucre
1 oeuf pour la décoration

 

Mélanger dans un récipient la levure fraîche avec le lait tiède.
Dans le bol d'un robot verser la farine et le sucre, l’huile d’olive et les 2 oeufs, bien mélanger.Puis versez petit à petit le lait en pétrissant jusqu’à obtenir une consistance lisse et compacte qui se décolle du bol. Laisser le lever cette pâte près d'une source de chaleur environ une heure.La pâte doit doubler de volume.
Diviser alors la pâte en trois parties égales et former trois boudins pour confectionner une tresse. Donner à cette tresse une forme circulaire (une couronne) et rajouter un œuf cru en faisant une croix avec un morceau de pâte. Badigeonner avec un œuf battu.
Laisser lever à nouveau. Puis enfourner à 180° pendant 40 minutes. Sorti du four on peut le décorer de sucre glace, ou autre.

S1034296.JPG

S1034297.JPG

En Italie, Pâques est un véritable renouveau de couleurs et de saveurs, du Nord au Sud.
Chaque région exprime dans ses recettes sa tradition et, dans certains cas, une partie de son histoire.

C’est le cas de la colombe.
On raconte qu’à Pâques, un pâtissier offrit un gâteau en forme de colombe, symbole de la paix,
au roi lombard Alboïn qui assiégeait la ville de Pavie (750 après J-C.). Le gâteau plut au roi qui leva le siège ...
Depuis lors, en souvenir de cet épisode, il devint une tradition lombarde, à Pâques, d’offrir un gâteau en forme
de colombe. Aujourd’hui, la colombe traditionnelle est devenue un gâteau national !


 

C’est également le cas de la pastiera napolitaine : la légende parle de la sirène Parthénope, symbole de la ville de Naples, considérée comme l’inventrice de ce délice. Elle habitait, parait-il, dans le Golfe situé entre Posillipo et le Vésuve, et d’où elle émergeait à chaque printemps pour saluer les habitants, en chantant de douces chansons d’amour. Pour la remercier, sept des plus belles filles de la ville furent chargées de lui apporter, avec gratitude et émotion, les dons de la nature : la ricotta, les œufs, le blé, l’eau de fleurs d’oranger, les épices et le sucre. La sirène transforma ces ingrédients en créant la première pastiera et l’offrit aux habitants. Aujourd’hui encore, à Naples, la tradition se poursuit, et chaque famille, qui conserve une recette différente, consomme ce délicieux gâteau à Pâques, peut-être justement en parlant de la meilleure façon de le préparer.


En Sicile, il faut remonter à la période de la domination arabe (IX-XIe s.) pour retrouver les origines de la cassate. Les Arabes apportèrent la canne à sucre, le citron, le cédrat, l’amande et de nombreux autres produits qui s’implantèrent dans la culture de l’île. La première recette est née avec ces ingrédients et de la ricotta fraîche de brebis puis, au fil du temps, elle a été enrichie avec de nouveaux ingrédients et de nouvelles méthodes : les Espagnols introduisirent en Sicile le chocolat et la génoise et au cours de la période baroque, les fruits confits furent enfin ajoutés. Alors que dans la période normande les sœurs du Couvent de la Martorana créèrent la pâte en mélangeant la farine d’amandes et le sucre qui, coloré en vert avec des extrait d’herbes, devint l’enveloppe parfaite pour ce gâteau traditionnel. Avec la même pâte, on trouve le fruit massepain qui semble aussi vrai que nature et les moutons blancs.


Mais les gâteaux italiens de Pâques sont nombreux et proviennent de toutes les régions ...

Trentino : Corona dolce
- Friuli Venezia Giulia : Pinza triestina  
- Veneto : Fugassa 
- Piemonte : torta di castagne e uova di cioccolato  
- Toscana : Schiacciate di Pasqua   
- Emilia Romagna : Zambela romagnola       
- Marche : Pizza di Pasqua                
- Umbria : Torcolo        
- Abruzzo : Fiadoni             
- Molise : Caciatelli
- Lazio : Pigna dolce               
- Puglia : Scarcelle    
- Campania : Pastiera           
- Calabria : Cuzzupe     
- Sicilia : Cassata
- Sardegna : Casadina pardulas e Tiliccas

 

 

Merci encore pour votre fidélité !
Je fais une pause "recettes de Pâques", avant l'indigestion !

Bonnes fêtes de Pâques à tous. Bisous.

Publié dans Cuisine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cheznous62 17/06/2014 14:58


Je te souhaite une douce semaine Liliane, le temps s'est fraichi à l'aube de notre été , j'espère que la saison sera bonne , les beaux jours durent si peu par chez nous !!


Bises, merci de tes gentils coms !


Nicole

papé 14/06/2014 15:14


mmmm que de bonnes choses chez toi !!! j'espère que tu vas bien ! je ne viens que rarement sur le blog , nous arrivons d'Allemagne où nous avons cette année suivi le Danube ; bizarre mais
plusieurs amis du blog ont le même problème d'inscription à la NL ... bises, papé

Rosedesneiges 02/06/2014 18:46


Bonjour Liliane


Me revoilà un peu sur le blog après des gros soucis de santé pour notre fils une opération du coeur ,il avait une maladie génétique jamais trouvé par x cardiologues seulement à Paris on lui a
trouvé.ensuite nous avons visiter la Normandie et Bretagne pour nous changer les idées.J'espère que tu vas bien


bonne fin de journée


gros bisous


rosedesneiges

marinelou 21/05/2014 09:16


Tiens moi aussi j'ai vu des biquettes, que je vois chaque fois que nous allons vers Bagnères de Bigorre ! Dans un petit enclos, un peu à l'étroit les pauvres mais soignées...


Les fraises elles murissent petit à petit, , une dizaine de pieds seulement ici, pour la confiture elles venaient du Lot et Garonne ! 5 kg pour 18 pots, interessant !


Bisous et pensées pour pour Lili


J'ai du sauter à la corde ce matin, pas longtemps...  "A la salade, je suis malade, au cékeri je suis guéri..."

marithé :010: 06/05/2014 11:01


bisous ma lili, mon frangin arrive alors  occupée  pendant quelques jours ..et je t'aime na